Danser Dormir – poésie multimédia

Danser Dormir – poésie multimédia 

« Dessaisir »

Cédérom/livre autour de la rencontre humaine et de l’enchantement

Collection Le point sur le i – Éditions Incidences – Marseille 2003

« Danser-dormir » d’A. Strid a été programmé en projection-conférence de 2002 à 2004 à Paris, Marseille, Montpellier, Issy les moulineaux, Aix en Provence, Toulouse, Gardanne, Manosque, Clermond Ferrand… (Festivals VidéoFormes, Traverses Vidéo et Instants Vidéo). Les projections se présentaient comme une reconstruction en direct, joué par l’auteur. Un moyen d’expression où l’interactivité, vidéo-voix&son, est organisée autour de l’inspiration poétique.

De quoi ça parle

Dans «Danser», des personnages en biscuit racontent des mythes de comportements : dansant et combattant, ils finissent à chaque fois par casser – on y fait évoluer l’espèce en recommençant. Dans « Dormir », trois doigts dorment dans l’eau sous l’œil d’une vache noire : comment être humain, enchanté par la perception du monde, ou réveillé par un flic…

Extraits

Le coffret contient

Un cédérom interactif de poésie d’une durée de 40mn et un livre de 32 pages : « Dormir dehors dedans »

Ordinateurs Mac et PC – Quick-Time Player – RAM mini 256 Mo – MacOs 9 et supérieur – Window 98 et supérieur – Prix public : 20 €

Danser Dormir cédérom d'A. Stridce coffret = CD Danser Dormir d'A. Strid+ livre Dormir dehors dedans

DANSER DORMIR  poésie multimédia vu par Marc Mercier

Revue « Bref » Marc Mercier – 2005

« Autre vie, autre futur, autre présent. Allez, laissez vous transporter comme seuls savent le faire les voyageurs et les amoureux. Tendez l’oreille, car ici, nul cri, nulle exubérance : des bruissements de paroles, des éclosions d’images-pensées réalisées avec trois fois rien, un peu de pâte à sel, un peu de couleur, et pour que cela devienne magique, il suffit de savoir tirer les bonnes ficelles et le monde s’anime. Je vous parle d’une vidéo (qui existe aussi sous forme de cédérom édité par « Le point sur le i ») de A. Strid : Danser-dormir (11 mn, 2004). Ce sont huit poèmes vidéo. Il y est question de rencontres humaines et d’enchantement. Des figurines de pâte à sel dansent, des femmes et des hommes peut-être, qui disent quelque chose de nous, de notre façon (souvent bien étrange) de vivre ensemble. Parfois, elles dorment. Il y a des lutteurs, mais pourquoi donc, qui luttent contre le sommeil. Vanité. Dormir est un voyage au dedans de soi. Comme le pécheur, le dormeur ramène quantité de rêves. Les profondeurs ne sont pas que verticales, elles côtoient aussi les horizons. Il n’y a qu’à voir le regard des vaches de Danser-dormir. Elles ruminent tout, même le sommeil, l’œil perdu vers l’univers. Enchanter c’est danser avec sa voix, ses voix. Oui il faut écouter cette vidéo d’A. Strid. Le bruissement de sa parole. Tout est dit. Non, je plaisante. Dire cela reviendrait à ne pas entendre le silence. L’inflexion du silence. Danser-dormir, ce ne sont pas deux verbes. Un seul. Comme adorer-brûler. Il va falloir qu’on s’y mette tous. Multiplier nos verbes pour parler le nouveau monde qui, par définition, n’aura rien à voir avec l’actuel. »

Émission de radio France Culture « Multipistes » sur DANSER-DORMIR

« Le point sur le i d’A. Strid » d’Arnaud Laporte

Écouter l’émission du 26 mars 2004 – 18 mn

DANSER DORMIR – poésie multimédia vu par NICOLAS TARDY

« Une exploration à la recherche de l’humain. Dérive. Des liens entre des actes poétiques existants dans ce monde que l’on dit réel. En explorant, nous agrandirons les frontières de ce lieu. Un chuchotement dans notre oreille. Une caresse du regard sur une rose. Des personnages en biscuit – ne sont pas poupées de porcelaine -, tombent en miettes. Des doigts dorment dans l’eau, avec les gouttes comme seule boîte à rythme. Il nous faudra clarifier toujours mieux. Voir clair. »

DANSER DORMIR – poésie multimédia vu par Bruno Courtet


(…) Danser-dormir est l’un des deux premiers opus du «Point sur le i». l’œuvre est éditée sur livret papier et cédérom. La complémentarité entre ces deux supports est d’ailleurs fort bien mise en valeur, puisque l’un s’enrichit véritablement de la présence de l’autre. l’interface est sobre et facile d’utilisation. La pensée est claire, les vidéos limpides, la sonorisation parfaite. En trente minutes environ, on en parcours avec bonheur les divers fragments et recoins.»

 Danser Dormir – poésie multimédia