Poésie du Vivant et Contes de Simplicité Heureuse

VIENT DE PARAÎTRE

Poésie du Vivant et Contes de Simplicité Heureuse d’ A. Strid

Un livre, de la poésie, des histoires et de bonnes conditions pour partager nos rêves.

 

 

Des contes de sagesse, d’aventures intérieures, de simplicité et de fraternité avec les humains, avec la nature.

Des photographies de ce qui dans le vivant se laisse attraper quand on appelle ce qui a les mêmes rêves que nous.

De courts récits de choses vues et vécues.

Des poèmes pour vivre le paradis de nous autres, ici et maintenant.

 

Ces textes et images créés entre 1998 et 2017 trouvent place au sein de 5 éléments : Feu, Terre, Eau, Air et le Tourbillon recommencé. Cinq chapitres sur ce flux d’humanité que nous sommes, charriant des histoires comme la rivière charrie des poissons.

LE LIVRE ET LES TIRÉS À PART

Impression numérique en quadrichromie tiré à 150 exemplaires sur papier Olin naturel pour :
Un livre de 74 pages, format 15 x 21 cm.
Deux contes inédits Les flocons de Fantasmagorie et Les yeux grand ouverts, encarts de 4 p. chacun, format 15 x 21 cm.

Pour consulter quelques extraits du livre en fac-similé cliquer sur les bords des pages.

RECEVOIR LE LIVRE ET LES CONTES

Il reste une trentaine d’exemplaires à la vente.
Pour recevoir le livre : envoyer le paiement par chèque à l’ordre d’Astrid Géraud au 4 avenue des Cévennes 30250 Aujargues.
1 exemplaire du livre = 13 € envoi postal compris.
1 exemplaire du livre et 1 exemplaire des 2 contes = 15 € envoi postal compris.
2 exemplaires du livre = 25 € envoi postal compris.
2 exemplaires du livre et 2 exemplaire des 2 contes = 29 € envoi postal compris.

FINANCEMENT PARTICIPATIF  : Les Éditeurs dans un jardin

Ce livre a été publié à l’entrée de l’hiver 2017, grâce aux Éditeurs et Éditrices dans un jardin. Chaque participant-e est devenu-e  l’un-e des Éditeurs dans un jardin, en misant à minima le prix d’un exemplaire. En échange des contributions qui ont financé l’imprimeur et les frais du projet, j’ai offert ce que je fais de meilleur : de la poésie, des histoires, des photographies originales et de bonnes conditions pour partager nos rêves. Comme le montant des dons a dépassé le prix de l’imprimerie et des frais du projet, les Éditeurs et Éditrices dans un jardin ont festoyé ensemble, il a été imprimé deux contes inédits supplémentaires, et un conte-affiche sera imprimé au printemps 2018.

Nous partageons ce qui nous permet de nous sentir bien avec les autres humains, avec les autres êtres vivants, avec les saisons, les petits matins et les grandes nuits … Nous partageons aussi ce que nous sommes capables de créer de bon, de beau et de vrai.

Merci aux 65 Éditeurs et Éditrices dans un jardin !
Emmanuelle Laisi, Raphaëlle Scott, Sophie Setbon, Françoise Lienhard, Dominique Géraud Coulon, Aline Dallo, Véronique Martin, Nathalie Molinier, Sylvain Blanckaert, Marie Charra, Alice Traxel, Marie Chapelet, Mireille Maurin, Maryse Besacier, Yves Brunier, Agnes Janin, Noëlle Davet, Fabienne Hoka, Michelle et Pierre Davet, Antoine Sanchez, Céline Tripoz, Katia Gonzalez Maddalena, Sylvie Poss, Bruno Lorthiois, Pascale Robin, Muriel Zaninetti, Violeta et Marcel Bouissou, Roger Ledoux, Laure Martinez, Pierre Ernandes, Claire Beauchamps, Clotilde Gontel, Elsa Brun, Éliane Rosinsky, Hugounenq Claudine, Laurence Bonifa, Jacky Giornal, Marylène Badoux, Marie Demateis, Mireille et Pierre Ferry, Katy Demesure, Nirmala Daniel, Dani Mercatili, Laure et Thomas Limouzin, Francine Couilloud, Emmanuelle Jaume, Alexandre Meseguer, Cléa Lucchesi, Johann Auvray, Françoise Arnoux, Isabelle Patin, Tim Besserer, Olivia Lasne, Eric Richalley, Béatrice Thibault, Dominique/Yoko Parent, Isabelle Patin, Céline Huart, Evelyne Banaszek, Claudine Garcia.

 

EXTRAITS EN LIGNE

CONTES

Le temps du pain

le temps du pain

Il était une fois, et ici aussi, il est quelquefois,
un temps où nous avions l’urgence au cœur et dans les veines, où nous avions un train dans la tête. « Vite ! Maint’nant ! Clique ici ! Monte dans l’train ! Signe là ! Pas l’temps, pas l’temps ! Tu réfléchiras après, une fois dans l’train ». Femmes et hommes de ce rythme là, quand notre cœur ne suivait pas, quand notre discernement sentait l’erreur, nous avions pour seul choix de descendre du train, regardant passer la file des wagons suivant leur leader. Dans la loco : seulement arriver à destination. Souvent seuls ou si peu, les leaders de la locomotive pestaient contre les wagons poussifs, les têtes en l’air, les dissidents, Ils pestaient même contre les cailloux, l’air tiède, l’eau vive, qui à la belle saison, distrayaient les wagons fourbus. Souvent, dans l’impuissance de pouvoir rattraper la locomotive, ou du moins, d’infléchir sa direction, des wagons déçus lâchaient tout et en restaient là…

lire le conte en entier (pdf)

Le loup de nos coeurs

le loup de nos coeurs

Il était une fois – et ici aussi il est quelquefois,
un temps où humains, loups et arbres vivaient imbriqués les uns dans les autres. Le loup dans le cœur humain, les humains dans le bois de cœur des arbres.
Dans le cœur humain habitait donc un loup. Un loup aux pattes arc-en-terre et au front arc-en-ciel. Un jour que le loup rassemblait ses forces et se concentrait, de l’arc-en-ciel de son front naquit le blanc, de l’arc-en-terre de ses pattes naquit le noir. Et depuis il en est ainsi. En hiver, dans la prudence d’avant la germination, quand le tronc des feuillus imprime son écriture sur la neige, le loup se concentre en nos cœurs.

En blanc&noir, le loup est en attente de se déployer. C’est le temps de régénération, de préparation, de retrait, de sommeil, de protection par la cachette, de silence. Quand il déploie ses couleurs, c’est qu’il est prêt à fructifier. Multicolore, il fleurit, s’amplifie, il est extase, protection par le combat, palabres et fêtes…

Lire le conte en entier (pdf)

Humixte

conte : Humixte d'A. Strid

Il y a bien longtemps, au début de bien des histoires, les humains avaient trouvé commode de mettre un sexe au monde qu’ils habitaient. Puisque chez les humains, on constatait des mâles et des femelles, tout autant que des jours et des nuits, alors on avait tout classé en deux pôles.  On avait fait des listes interminables : dur-mou, sec-humide, chaud-froid, actif-passif, masculin-féminin, rapide-lent, fort-faible, clair-obscur, mobile-immobile, gagné-perdu … Ce qui était mâle n’était pas femelle et tout ce qui se présentait à l’esprit était rangé dans un camp ou dans l’autre.
Il y avait eu aussi pour ces lointains ancêtres la perception d’une injustice : les femmes, semblaient posséder seules le pouvoir de générer le même et le différent, le pouvoir de faire des filles et des garçons. Pour compenser cet avantage exorbitant…

Lire le conte en entier (pdf)

POÈMES DE SOLSTICE

Bras dessus bras dessousSavourer l’instant
Mousser la tête Infuser Diffuser Recommencer
Régénérer l’uséSe rassembler

AGENDA DU PROJET

  • De l’hiver 2016 à l’été 2017 le livre a été fini d’écrire, mis en page, la fabrication chiffrée et l’imprimeur choisi.
  • 21 septembre 2017 : ouverture du financement participatif jusqu’au 5 novembre 2017.
  • Novembre 2017 : impression et fabrication.
  • 1er décembre 2017 : Parution du livre et fête.
  • PRINTEMPS 2018 : balade(s) & contes sous les étoiles ou sous les arbres. Au fil de la nuit ou de l’après midi, nos histoires – les miennes comme les vôtres – nous enchanteront …
Poésie du Vivant