Les zones frontalières palpitent comme des mirages

Les zones frontalières palpitent comme des mirages – même s’accoter à la frontière au bord d’une odeur est une émotion – une émotion que connaît peut-être la matière obtenant sa forme du vide autour d’elle.